La pratique du kung fu

Le Kung Fu est un art martial physique. Il nécessite un échauffement complet. Courir, sauter, rouler, chuter, ramper, porter ses camarades, faire des pompes, des abdos et des étirements ne sont pas de trop pour assumer la suite.

LES TAO LU

A l’image des Katas du Karaté, les tao lu représentent un combat imaginaire à mains nues ou avec des armes, dont la diversité est impressionnante avec par exemple : le bâton, le nunchaku, le tri-bâton, la hallebarde, le poids volant, le couteau, la hache, le sabre, l’épée, le banc, l’éventail, l’épieu… Les taos servent à acquérir équilibre, précision, vitesse, force, puissance et endurance mais ils sont surtout des dictionnaires de techniques de self défense. Certains de ces taos sont basés sur les mouvements d’animaux, en fonctions desquels, le travail portera plus sur les spécificités de l’animal comme la force pour le tigre, la fluidité pour le serpent, etc… Ces formes éducatives permettent de forger le corps mais aussi l’esprit de par un certain aspect philosophique.

LES APPLICATIONS (Chin Na Shu)

Une application est une réponse à une agression (saisie, coup de poing, coup de pied, menace au couteau), utilisant toutes les solutions possible qu’offre le type d’agression, pour se préserver au mieux et neutraliser l’agresseur. Elle se déroule en générale de la manière suivante :

- Une personne vous lance un coup de poing
- Sortez de la trajectoire de l’attaque en parant le coup (le plus important)
- Frappez l’adversaire (pied, poing, coude ou genou)
- Neutralisez-le par une projection, un étranglement ou une clé
- Dissuadez l’agresseur de vouloir continuer par une nouvelle frappe bien placée (côtes, parties génitales, articulations, yeux, etc..)

L’avantage du Kung Fu est d’utiliser toutes les techniques pour pouvoir se sortir d’un mauvais pas. Avec entres autres les "Chin na", techniques de clés et l’attaque des points vitaux, neutralisant partiellement ou totalement un agresseur. Suivant le niveau du pratiquant les attaques sont portés avec plus ou moins d’intensité.

Mais n’oublions pas que la meilleure des solutions est d’éviter tout affrontement.

LE COMBAT

L’entraînement au combat est en général préparatoire aux compétitions, avec des règles précises (voir "la compétition"). Les exercices sont variés mais extrêmement importants avec par exemple :

- Travail de l’endurance
- Travail de la garde (parer les coups de poing et les coups de pied)
- Travail de la distance.
- Exercices d’enchaînements pieds-poings
- Travail de la réactivité (parer et contre-attaquer)

LA COMPÉTITION

La technique (Tao) : Seul ou à plusieurs, avec ou sans arme, ce genre de compétitions est aussi très dure. Lors de l’exécution d’un Tao, il faut mettre beaucoup de puissance, être précis et constant. Et chaque pertes d’équilibre, erreur de positionnement coûte des points. Un tao doit montrer ce que l’on a dans le ventre. Il doit être beau, mais aussi crédible.

Le combat traditionnel Sanshou : Depuis cette année gants de sac fermés et protèges tibia-pieds y sont autorisés, venant en complément des éternels protège-dents et coquille. Le Sanshou autorise les coups de pieds à la tête et les saisies brèves pour projection ou balayage, sont interdit les poings au visage, les coups aux articulations, coup de coudes et coups de genoux. Un seul round par combat, d’une durée de 3 minutes. Le but n’est pas d’envoyer son adversaire "au tapis", mais de le faire sortir du Tatami, l’amener au sol ou d’effectuer des enchaînements pieds-poings pour marquer le plus de…points.

Le combat Sanda : Avec gants, casque et plastron, les coups de poing au visage sont autorisés ainsi que les projections. Ici les coups de pieds sont plus rare qu’en Sanshou, car placer un coup de pied à la tête ouvre des possibilités de contre-attaque. Le principe reste le même que pour le Sanshou.


Agenda

<<

2020

>>

<<

Décembre

>>

Aujourd'hui

LuMaMeJeVeSaDi
30123456
78910111213
14151617181920
21222324252627
28293031123
Aucun évènement à venir les 6 prochains mois